Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

Les paraboles interdites sur les balcons et façades des immeubles



Les immeubles restaurés au centre-ville de Mostaganem participent pleinement à la perception et à la qualité environnementale du domaine public, les façades ont un impact important sur l’attractivité économique et touristique de la ville et notamment en matière esthétique.
Dans le cadre de la réhabilitation des immeubles du centre-ville, il est signifié aux habitants de ces immeubles qu’il est impérativement interdit de fixer au niveau des balcons des paraboles et des climatiseurs.
Cette opération ne concerne que les grandes artères ou les immeubles restaurés du centre-ville. Les façades deviennent la propriété publique protégée par la collectivité locale.Ce n’est pas le cas pour le bâtiment dénommé Vert qui vient juste d’être réhabilité et réceptionné et où il est constaté, malheureusement, que huit familles transgressent les recommandations de l’Assemblée populaire communale et violent, par conséquent, les dispositions du cahier des charges en installant des paraboles sur les balcons.
Pourtant, sur la base du cahier des charges, l’entreprise réalisatrice de l’ouvrage de réhabilitation leur a installé sur la terrasse des supports sur lesquels ils peuvent installer, pour chaque appartement, le nombre de paraboles qu’ils utilisent et ce, dans l’attente de l’installation d’une parabole collective.
En l’absence d’une gestion d’un syndic bénévole élu par les propriétaires pour organiser la vie dans l’immeuble, pour gérer les parties communes, certains manifestent une hostilité à ces nouvelles mesures.
Le président de l’APC, interrogé sur ce cas par la société civile, dira qu’il compte ester en justice ces contrevenants après, bien éventuellement, l’envoi de mises en demeure. Le wali avait instruit la directrice du logement de mener tout un programme de sensibilisation avec la participation du comité de quartiers et l’APC, pour parvenir à la mise en place d’un occupant-syndic bénévole élu par ses pairs et pour tous les immeubles concernés par la réhabilitation. Le maire poursuivra sans relâche la mise en place de cette nouvelle mesure.
Enfin, il est même interdit d’étendre le linge dans les balcons et fenêtres de ces immeubles visibles des voies publiques pour préserver l’attractivité économique et touristique de la ville.
A. B.


Lire la suite sur Le Soir d'Algérie.

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites