Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

Complot contre l’Algérie

un enregistrement confond le traître Zitout



Par Kamel M. – Le comploteur à partir de Londres, financé par des officines secrètes, a été piégé. Ses directives pour organiser la «révolution» en Algérie ont été enregistrées. Et ce qu’on entend ne laisse planer aucun doute sur les visées maléfiques de ce trublion qui se venge pour avoir été viré comme un malpropre du ministère des Affaires étrangères.

L’enregistrement est un échange avec une «militante» qui se fait briefer par Larbi Zitout sur les méthodes à suivre pour conduire la subversion. On reconnaît le modus operandi des islamistes qui, dès le milieu des années 1980, se constituaient en milices armées pour préparer la «révolution islamique», c’est-à-dire l’action armée.

Dans l’enregistrement, il n’est pas question de prendre les armes – cette mission ayant échoué en Algérie grâce à la résistance du peuple algérien et étant désormais confiée par les commanditaires de Zitout à Daech et Al-Qaïda –, mais d’organiser les manifestations de rues en constituant des groupes liés les uns aux autres et recrutés par des agents téléguidés à partir de capitales étrangères – Londres, Doha, Paris, Genève, Rabat, etc. – pour tenter de rattraper le ratage de 2011, après que le «printemps arabe» eut fait pschitt en Algérie.

Larbi Zitout conseille à sa jeune interlocutrice – on reconnaît l’âge à sa voix – de constituer des groupes de six personnes qu’il faut endoctriner et convaincre de la nécessité de passer à l’acte et de relayer l’information de sorte que chaque membre de ce «commando» recrute six autres personnes à son tour en mettant l’accent sur l’impérative nécessité d’éviter toute confrontation avec les forces de l’ordre et de ne pas «répondre aux provocations».

La méthode enseignée par Larbi Zitout à l’apprentie révolutionnaire a été puisée du programme mis en place par la CIA en Serbie. On y retrouve toutes les méthodes de soulèvement «pacifique» pensées par le CANVAS (OTPOR) et qui ont conduit aux révoltes dans plusieurs pays arabes. L’objectif étant de pousser les régimes en place des pays ciblés à réagir avec violence face à des manifestants désarmés et revendiquant la «démocratie».

Hormis l’Algérie et le Maroc qui ont su réagir à ce plan diabolique, la Tunisie, l’Egypte, le Yémen, la Libye puis la Syrie ont été ravagés par cette arme de destruction massive qu’est la subversion manipulée de l’extérieur via les réseaux sociaux et des ONG activant pour le compte d’officines secrètes sous le couvert de la défense des droits de l’Homme, à l’image des Casques blancs en Syrie, ou encore du NDI, du NED, de Freedom House, etc.

Ce sont ces mêmes officines qui financent et entretiennent Larbi Zitout, Ahmed Chouchène, Abdelkader Tigha, Mohamed Samraoui et autre Habib Souaïdia, dont la mission est de pousser à l’embrasement de l’Algérie en y semant les graines de la discorde entre le peuple et son armée et en focalisant sur les problèmes internes amplifiés et présentés comme étant les prémices à un soulèvement généralisé.

Mais les Algériens ne sont pas dupes.

K. M.


Lire la suite sur Algérie Patriotique.

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites