Vous utilisez un bloqueur de publicité.
S'il vous plaît, désactiver le bloqueur de publicité pour continuer à utiliser notre site.

Ainsi va la vie, mon général!



Finalement, rien ne semble être indétrônable pour le pouvoir algérien, les mouvements successifs  opérés par le président Bouteflika dans les rangs de l’armée  l’attestent et demeurent un signal fort à l’encontre de ces  hauts fonctionnaires de l’Etat qui se  servaient, sans trop servir. Cette dernière ne semble épargner personne  et cible tous les corrompus, «quel que soit leur rang», comme l’a répété récemment le ministre de la Justice,  M.Tayeb Louh. Limogés  l’été dernier, cinq généraux-majors, anciens hauts cadres de l’armée, ont été mis  en détention préventive par le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida. Ils sont accusés de “trafic d’influence”, d’“enrichissement illicite” et de corruption. Selon des sources médiatiques, les cinq généraux-majors, que sont Saïd Bey, ancien chef de la deuxième région militaire, Habib Chentouf, ancien commandant de la première  région militaire, Abderrazak Chérif, ancien commandant de la quatrième  région militaire, Menad Nouba, ancien commandant de la gendarmerie nationale et Boudjemaâ Boudouaouer, ancien directeur des finances du ministère de la défense nationale, ainsi qu’un colonel travaillant dans le secteur opérationnel d’Oran ont été auditionnés et mis sous les verrous en attendant les suites de l’enquête .  A  présent, le juge –instructeur a décidé de les placer en “détention provisoire”. Avant ces auditions conclues par des mises sous mandat de dépôt, la justice militaire avait déjà décidé  également de retirer les passeports à ces cinq anciens hauts officiers  de l’armée. Des experts judiciaires ont été dépêchés dans les régions militaires dont les généraux qui les commandaient ont été placés sous mandat de dépôt par le tribunal militaire de Blida,  a rapporté le quotidien arabophone El Khabar. Selon le journal, des témoins civils seront, par ailleurs entendus dans le cadre de l’enquête. .C’est la première fois  en Algérie  que tant d’officiers de haut rang sont jugés dans des affaires liées à la gestion des deniers publics.  Voilà presque 60 ans, que  certains  ‘’poids lourds si étoilés ’’  ne se souciaient point  de régner sans  partage et de dilapider tant de richesses sans personne n’ose les pointer du doigt. Malheureusement, la donne semble changer,  le règne de la rapine et de la concussion, qui a longtemps prospéré, parait aboutir  à sa fin et chacun doit  rendre compte  des comptes qu’il  gère. Telle est nouvelle règle a observer, mon général !


Lire la suite sur Réflexion.

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites