Les huissiers exigent le changement du système



Les jours passent et repassent et semblent se ressembler dans la forme et dans le fond pour les partenaires de la justice qui ne cessent de réclamer depuis le 22 février dernier le départ du système et de toute sa composition, à sa tête le président de la République Abdelaziz Bouteflika.

Le mouvement populaire de contestation du système qui gouverne le pays depuis plus de vingt ans a entamé, hier vendredi, sa cinquième semaine sans faiblir.

En réponse à l'appel lancé par la Chambre nationale des huissiers de justice, ces derniers se sont rassemblés en masse, jeudi dernier, au siège de la cour d'Alger pour exprimer leur refus catégorique des propositions nouvelles et anciennes que le système avait formulées dans l'intention de récupérer le mouvement ou de gagner du temps.

Les huissiers de justice ont scandé des slogans dans lesquels ils insistaient sur le départ de toutes les figures dont le nom rappelle la misère et les souffrances de l'Algérien et à leur tête Ahmed Ouyahia et Noureddine Bedoui.

Ils réclamaient haut et fort « l'instauration d'une deuxième République démocratique et sociale où la justice sera au-dessus de tous »

Ils ont, par ailleurs, menacé de ne plus exécuter les décisions émanant d'en haut : « On ne veut plus qu'ils nous donnent des ordres. Les exécutions arbitraires et abusives contre nos concitoyens, c'est fini ! ».


Lire la suite sur Le jeune indépendant.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites