Retour à l’importation des voitures de moins de 3 ans.. Pas une si bonne affaire !



Les prix des voitures de moins de trois ans, vendues sur les marchés européens, ne peuvent pas attirer pour autant des acheteurs algériens.

Le Gouvernement est en train d’étudier la possibilité du retour à l’importation des voitures d’occasion. Cette annonce, faite par Saïd Djellab, ministre du Commerce, a été très bien accueillie par les citoyens désireux d’acquérir une voiture. Saïd Djellab a déclaré que «l’un des objectifs de l’importation des véhicules d’occasion (moins de 3 ans, Ndlr) est de faire pression sur les prix des véhicules fabriqués localement. Ça va constituer un facteur externe favorisant la baisse des prix, et permettre de donner une chance au citoyen d’acquérir un véhicule selon ses moyens», dit-il. Seulement voilà, les paramètres d’importation de voitures de moins de trois ans, appliqués il y a de cela 15 ans, ne sont plus les mêmes de nos jours.
Les prix de change de l’euro depuis la suspension de cette mesure en 2005, ont presque doublés sur le marché parallèle. Ce paramètre pourrait complètement changer la donne. Les prix des voitures de moins de trois ans, vendues sur les marchés européens, ne peuvent pas attirer pour autant des acheteurs algériens. Les voitures utilisées durant trois années dans les pays européens coûtent le même prix qu’une voiture neuve achetée en Algérie. Le choix d’un acheteur est donc vite fait. A titre d’exemple, le prix d’une Renault Clio 4 montée en Algérie en 2019, est à partir de 2 millions de dinars, et peut aller jusqu’à 2,5 millions pour la toutes options. Le même modèle mis en circulation en 2017, soit moins de trois ans, coûte entre 10.000 et 15.000 euros en France.
Avec le taux élevé de l’euro, et les frais de voyage et de dédouanement, le modèle usité en Europe coûtera beaucoup plus cher qu’une voiture du même modèle, toute neuve, montée en Algérie. C’est le cas également de la Dacia Sandero, qui coûte entre 1,7 million de dinars et 2 millions toute neuve, en Algérie.
En France, le même modèle de voiture, utilisé depuis trois ans, coûte entre 9.000 et 12.000 euros. C’est le cas également des marques allemandes. Une Golf 7 toutes options, toute neuve, achetée en Algérie coûte moins chère qu’une voiture du même modèle qui a circulé deux années en Europe. Cette différence conséquente dans les prix, et la cherté de l’euro, font que la formule d’importation de véhicules de moins de trois ans ne fera pas du tout long feu.
Plutôt des voitures moins de 5 ans
Pour que le retour de l’importation de voitures d’occasion soit cohérent, et puisse atteindre les buts tracés par le ministère du Commerce, «le Gouvernement doit plutôt autoriser l’importation de voiture de moins de 5 ans. Ce sont des modèles de voitures qui sont très fiables, et leurs prix sont raisonnables et accessibles pour les Algériens. Ce n’est qu’à travers l’autorisation d’importation de voitures de moins de 5 ans, que le Gouvernement peut atteindre ses objectifs. «Ce n’est qu’à travers cette mesure que les prix de voitures neuves et d’occasion, qui sont très élevés en Algérie, pourront retrouver leurs cours normaux», déclare un observateur économique. Celui-ci note qu’au Maroc, où l’industrie automobile est plus conséquente qu’en Algérie, «les citoyens peuvent importer des voitures de moins de 10 ans, sans que cela ne puissent bloquer l’industrie automobile dans ce pays voisin», dit-il.
Arezki Ibersiene


Lire la suite sur Le Temps.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites