Sélection nationale de football.. Belmadi

«A 90%, la liste est dans ma tête»



Arrivé à la tête de l’Algérie en août 2018, Djamel Belmadi a réussi à insuffler une nouvelle dynamique. Le boss des Verts nous en dit plus sur son équipe et sur les échéances à venir…

Djamel Belmadi, à quelques semaines du début de la CAN 2019, comment jugez-vous votre équipe ?
On bosse ensemble depuis huit mois. Mais ce ne sont pas huit mois pleins comme en club. Là, huit mois, c’est l’équivalent de quatre, cinq, dates FIFA. C’est à peu près un mois de travail si l’on additionne les séances d’entraînement. Et c’est dans ces séances d’entraînement à répétition qu’on améliore et développe une équipe. On est en voie de rétablissement, on va dire. On n’était pas malade mais quand on perd contre l’Arabie saoudite, l’Iran, le Cap Vert, c’est qu’il y a un vrai souci. C’était notre cas, il n’y pas si longtemps de ça.

Dans quel état avez-vous récupéré cette équipe ?
Je n’étais pas si surpris que ça mais j’imaginais tout de même le mal un peu moins profond. Je n’ai pas été surpris car je connais bien les tenants et les aboutissants de ce qui entoure l’équipe nationale. Je sais à l’intérieur comment ça se passait car je connais du monde. Il y a du travail.

Votre liste des 23 pour la CAN est-elle finalisée ?
A 90 %, oui. A deux ou trois éléments près, la liste est dans ma tête. Il y a une cohérence à avoir. Maintenant, qu’un joueur surprise vienne s’ajouter, c’est possible. On voit souvent ce cas de figure-là avant les grandes compétitions type Coupe du Monde. Si je le fais, c’est que j’estime que le joueur peut rendre service, peut bousculer les choses et qu’il est une plus-value. Peut-être qu’il y aura ce type de surprise mais à 90 %, la liste est faite.

Le poste de n°9 cristallise beaucoup d’interrogations. Baghdad Bounedjah est-il le titulaire à ce poste ?
Il s’est imposé de lui-même. Il a fait le nécessaire et c’est ça qu’on demande à un attaquant. Tout ne doit pas être remis en question. Il a une faim énorme de briller en équipe nationale. Il est arrivé sur le tard. «Je n’ai pas de temps à perdre», voilà ce que se dit Bounedjah. Il ne se pose pas de question et il veut juste marquer des buts.
Il se fout de qui il a en face, de l’équipe, du joueur… Je connais bien ce joueur-là. Baghdad est dans une course contre la montre. Avant même que j’arrive en sélection, il a eu une ou deux sélections sans vraiment qu’on lui fasse confiance. J’ai poussé au niveau des médias pour lui et pourtant je parle peu. Quand j’ai pris les rênes, je l’ai imposé de suite et il nous le rend bien.
Aujourd’hui, il a un temps d’avance sur les autres. Néanmoins, ça ne veut pas dire qu’un Belfodil n’est pas utile ou un autre. Ishak a une vingtaine de sélections. Il faudrait qu’il montre de la consistance et de la régularité. Il a mis deux buts en 20 sélections, je suis sûr que même pour lui, ce n’est pas assez. Généralement, et souvent pour les sélections nord-africaines, il y a un décalage entre ce que l’on fait en club et en sélection. Je suis le sélectionneur de l’Algérie, j’attends donc qu’en sélection, on soit performant. Maintenant, il est vrai que Belfodil est dans une bonne forme, il met des buts. Il en est à 15 dans un championnat costaud. Il est présent. Je compte sur lui.

Qu’en est-il d’Andy Delort ?
C’est Andy Delort qui s’est manifesté. Il a été ultra-présent en termes de communication. Il a fait ça tout seul. J’ai été aussi surpris que vous. Même si j’ai eu l’information quinze jours avant que cela ne sorte. On m’a appelé et on m’a dit que sa maman est algérienne et qu’il allait faire ses démarches. J’ai dit c’est bien pour lui. C’est une bonne chose de faire cette démarche-là et pas uniquement pour le football, puisque maintenant il va connaître un peu plus l’un de ces pays puisque sa maman est algérienne et le papa est français. Sur l’aspect sportif, il s’est manifesté. Demain, s’il a les papiers algériens, il sera pris en considération. Maintenant, ça ne veut pas dire qu’il sera sélectionné mais il sera pris en considération.

Lorsque vous entraîniez Al-Duhail, vous aviez un relais technique sur le terrain en la personne de Msakni. L’avez-vous en Algérie aujourd’hui ?
C’est exact oui. Je suis en train de développer ces relations spécifiques avec les joueurs. C’est la clé du boulot pour moi et c’est ce que j’aime dans ce métier. La différence, c’est que je ne vois pas les joueurs au quotidien. Je peux être avec eux au téléphone quotidiennement, ça ne sera pas pareil. Il y a ce que l’on dit et ce que l’on fait sur le terrain. Msakni, c’est un joueur et une personne que j’apprécie énormément. Quand je parle avec des joueurs comme Mahrez qui aime et réfléchisse football, ça me rappelle un peu cette relation que j’avais avec lui. Dire aujourd’hui qu’un footballeur connaît et aime le football, ce n’est pas si évident que ça. Il sait peut-être jouer au football, mais être pleinement investi, développer une réflexion, aujourd’hui, ce n’est plus évident. Mahrez est un joueur qui aime profondément le football et il sait qu’il est chanceux de faire de sa passion son métier. Donc aujourd’hui, ça peut être lui le relais mais ça peut-être aussi Yacine Brahimi, Sofiane Feghouli. Ils sont tous super intéressants et humainement top.

L’Algérie met de plus en plus l’accent sur la formation…
Ce volet-là m’intéresse vraiment. Le quartier d’un quartier, c’est-à-dire Paradou qui est le quartier de Hydra à Alger, sans stade, sans supporter, sans histoire, arrive à développer le meilleur football en Algérie. Avec une moyenne d’âge de 21-22 ans, avec un football attrayant, avec des joueurs transférés en Europe… Si on arrive à faire ça à l’échelle d’un quartier, imaginez-vous à l’échelle d’un pays. Cette idée de créer des centres de formation, à l’instar d’un INF Clairefontaine, qui servirait in fine à l’équipe nationale est très bien. On va en mettre à différents endroits, quatre ou cinq sont prévus. Ce seront des centres fédéraux. Le président de la Fédération est bien placé pour évoquer et mener cette politique-là. Il l’a déjà fait à petite échelle et il est capable de le faire à l’échelle nationale. J’ai bon espoir. La qualité est présente en Algérie mais la formation a toujours été le problème. On va dans le bon sens et j’aime beaucoup. C’est avec beaucoup de plaisir et grand espoir qu’on est derrière ce projet.

Quels sont les joueurs de la nouvelle génération qui ont retenu un peu plus votre attention ?
Hicham Boudaoui (Paradou AC – 19 ans) me fait penser à Tigana. Pour ceux qui ne connaissent pas son jeu, je vous invite à regarder sur internet. C’est un joueur très fin, très actif, très intelligent dans son jeu. Il ne perd pas ballon. Il a l’air tout mince mais ne perd pas de duel. Il a un tel volume de jeu. Il est très propre dans son jeu à un poste clé. J’ai beaucoup d’espoir en lui. Ensuite, il y a Haithem Loucif (Paradou AC – 22 ans) qui peut être un Youcef Atal bis, même s’il est un peu différent. Il ne marquera jamais de but mais est beaucoup plus à même de prendre son couloir, avec une belle qualité de centre. Il y a également Zakaria Naidji qui réalise une belle saison avec une vingtaine de buts.

Ce genre de réussite est de nature à faire disparaître le débat entre joueurs locaux et expatriés…
Pour moi, c’est un faux débat qui existe et qui existera je pense car il y a des personnes qui se complaisent là-dedans. A partir du moment où tu es Algérien, il n’y a plus de binationaux, de locaux, d’expatriés… Il n’y a que des joueurs qui doivent être performants, rendre service à l’équipe et faire avancer les choses. A partir de là, j’ai dit ce que j’avais à dire et je fais ce que j’ai dit.
In beinsports.com


Lire la suite sur Le Temps.

Commentaires

Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites