Documents exclusifs – Les affaires opaques du groupe Benhamadi



Le groupe familial Benhamadi Antar Trade, dont le chiffre d’affaires a dépassé le Milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel, détient plus de 55 % des parts de marché du smartphone en Algérie et a déclaré que 35 % de son chiffre d’affaires provenait de la téléphonie.

Nous allons vous faire part des investigations que nous avons menés sur les affaires de la famille Benhamadi sur plusieurs continents. Nos recherches nous ont emmenées d’Alger à Dubai, de Paris à Londres dans une enquête qui nous révèle la face cachée de Condor Electronics.

Après avoir dans un premier temps exporté dans 16 pays d’Afrique et au Moyen-Orient (Tunisie, Maroc, émirats, Egypte, Sénégal, Benin, Congo…), Condor Electronics commence à exporter les mobiles vers la France à partir de 2015, avant de décider de s’installer dans l’hexagone.

En Juin 2018, les premières ventes commencent et ce seraient 100.000 Smartphones qui auraient été vendus à travers deux partenaires en France dont Coriolis et Evodial, cette dernière étant placée en liquidation judiciaire en Mars 2018, avant d’être rachetée par les Benhamadi.

Mr Benhamadi et Stewart Mann (Evodial)

Farès Al Mousli est né en 1984 à Nice, il a fréquenté le Lycée Lyautey de Casablanca au Maroc où il y passera son bac en 2003 avant de rejoindre le Cabinet EY (Ernst & Young) dans le quartier de la Défense à Paris en qualité d’auditeur.

Farès Al Mousli

Lors d’une interview en Décembre 2018 au magazine Forbes, Farès affirme que :  »Le projet d’implantation en France est né en réponse à l’appel « Choose France » du président Emmanuel Macron, lancé à Versailles lors du Sommet de l’attractivité censé attirer les capitaux étrangers. Evènement auquel les Benhamadi ont été invités.

Sous le slogan Choose France : Une chance pour les français, le plan du Président Emmanuel Macron était d’accompagner les investisseurs étrangers et favoriser l’accueil des talents internationaux, renforcer l’attractivité de la France en permettant aux entreprises d’embaucher et d’investir et travailler sur l’image de la France à l’international.

Condor France a pourtant été créée à la fin du mois de Novembre 2017 par Farès Al Mousli, seul actionnaire de la Société par Actions simplifiée à associé unique (SASU). Un an avant l’invitation du Président français…

En effet, selon les documents que vous pouvez ci-après consulter, le siège social de Condor France se situait alors au 101 Avenue du général Leclerc dans le 14ème arrondissement de Paris, et son capital de 1000 euros a été déposé, le 8 décembre 2017 par Al Mousli, l’associé unique et premier Président de Condor France, à l’agence de la Banque du Crédit du Nord au 16 32 Rue Raspail – Bois Colombes dans la banlieue de Paris.

En 2018, Condor France change de siège et s’installe au 3, Rue Jules Guesde à LEVALLOIS-PERRET dans la banlieue de Paris avant d’augmenter son capital, le 2 Mars 2018, qui passe de 1000 euros à 200.000 euros.

Farès Al Mousli, avant de démissionner de son poste de Président de Condor France, a versé 32.999 Euros au capital de l’entreprise, les 166.001 euros ont été apportés par la société Advanced Cloud, désignée nouveau président de Condor France.

La société Advanced Cloud FZ-LLC est une société de droit Emirati ayant son siège au business Center Rakez (Ras Al Khaimah Economic Zone) à Ras El Khaimah aux Emirats arabes Unis immatriculée sous le N° 0000004019303.

Créée en 2002, la société de négoce Advanced Cloud dont la boite postale est : P.O BOX 39146, RAS AL KHAIMA – UAE, est considérée comme l’une des plus grandes sociétés de négoce intégré au Moyen-Orient. Sa principale activité réside dans les domaines de la télévision, des récepteurs numériques et divers produits importés et exportés vers les marchés de l’Algérie, les USA et la Jordanie principalement.

Razek Business Center Ras Al Khaimah

En parcourant leur site web, on y retrouve les smartphones Condor comme vous pourrez le constater ci-après mais également les cuisinières, les réfrigérateurs…de la même marque.

Pourquoi les produits Condor transitent-ils par cette société basée off-shore basée aux Emirats arabes Unis ?

Les produits sont pourtant censés être montés en Algérie et réexportés vers ces marchés à l’étranger ?

Pourquoi Advanced Cloud est-elle l’actionnaire majoritaire de Condor France ? la réponse ne nous surprend pas…

La famille Benhamadi est réputée pour sa maitrise des montages financiers complexes. En effet, le journal Daraj avait publié une enquête sur les « Panama papers » désignant Omar Benhamadi, Directeur Général (DG) du groupe Benhamadi, comme propriétaire de la société offshore Hi-Tech Machinery International Co. Ltd., détenue par Condor International Co Ltd et enregistrée à Hong Kong et aux îles Samoa, selon le même média Libanais.

Ces montages lui auraient permis d’optimiser fiscalement ses plus-values qui sont estimées à 11 millions de dollars par an en violation de la réglementation algérienne.

Le recours à des entités intermédiaires permet aux Benhamadi de dégager des plus values à l’étranger, à l’abri du regard du fisc algérien. C’est comme cela qu’on s’enrichit en dollars et autres monnaies étrangères.

Mais plus surprenant encore ce projet de lancer, en partenariat avec une entreprise étrangère, un opérateur mobile virtuel (MVNO).

Créée en 2005, Lycamobile qui revendique plus de 15 millions d’abonnés, est détenue par Hasting Trading e Serviços Lda, une société portugaise située dans le paradis fiscal de Madère au Portugal et est basée au Royaume-Uni.

En 2017, Omar Benhamadi, DG de la SPA Condor Electronics à Bordj Bou Arreridj, transmets conjointement avec Farès Al Mousli, un document à Christopher Tooley, PDG de la société Lycamobile, afin d’établir une Joint-Venture (JV) en Algérie.

Comme souvent, les négociations butaient principalement sur la répartition des parts de chaque associé dans ce qui allait prendre le nom de Lycamobile Algérie, les anglais rechignant à céder la majorité des parts aux algériens.

Le 12 Janvier 2017, selon le procès-verbal de réunion à laquelle ont pris part Christopher Tooley, Farès Al Mousli et trois autres conseillers, une astuce a été trouvée pour contourner la loi dite 51/49.

Selon ce document que nous détenons, Lycamobile et Condor détiendraient chacun 49% des parts de la future JV, les 2 % restants seraient à partager entre deux personnes désignées par les deux associés.

En vue de la future exploitation du marché français, le représentant de Condor a également émis le souhait d’arriver à une entente en France en vue de vendre des packs constitués de SIM Lycamobile et de téléphones de la marque Condor.

Si la société de Benhamadi tenait tant à faire affaire avec un solide partenaire pour booster ses ventes de téléphones à l’étranger, elle aurait pourtant dû s’intéresser à un autre opérateur connu. Et pour cause…

En 2006, une enquête pour blanchiment d’argent a été enclenchée par la Parquet National Financier (PNF), lorsqu’une camionnette de Lycamobile avait été arrêtée à la frontière allemande dissimulant des sacs de billets représentant 735.000 Euros, qui avaient été collectés à Paris et devant être livrés à Rotterdam, aux Pays-Bas sans déclaration douanière afin d’y être transférés sur les comptes de la maison mère à Londres… devant la complexité de l’affaire les charges avaient été abandonnées en 2010.

En Juin 2016, la police française a perquisitionné le siège de la filiale française de Lycamobile à Paris dans le cadre d’une enquête de blanchiment et d’escroquerie à la TVA. Ces faits concernaient plus de 17 millions d’euros en espèces et l’escroquerie à la TVA sur plusieurs millions d’euros, avait alors précise Jean-Yves Lourgouilloux, du Parquet National Financier de Paris.

Lycamobile se servait de faux distributeurs qui facturaient l’entreprise, chaque mois, pour des services immatériels, avant de retransférer cet argent en espèce et en offshore à Londres pour éviter de payer des impôts.

Les enquêteurs étaient arrivés à la conclusion que Lycamobile était un groupe international caractérisé par une organisation complexe et que son propriétaire, Subaskaran Allirajah, avait connu une ascension fulgurante lui permettant d’inonder les finances du Parti conservateur britannique.

Nous ne pouvons na pas faire un parallèle avec la famille Benhamadi, ses montages financiers complexes et les donations aux partis politiques…

Dans l’affaire française, neuf personnes avaient alors été mises en examen, dont le Directeur Général de Lycamobile en France, Alain Jochimek et plusieurs employés et gérants d’entreprises, pour des versements illégaux sur les comptes de Lycamobile…

Alain Jochimek, âgé aujourd’hui de 67 ans, était à l’époque de ces faits vice-président délégué du Bnai Brith de France, qui est une organisation juive fondée à New York, le 13 octobre 1843 affilié au Congrès juif mondial.

En 2014 Alain Jochimek s’était déjà distingué dans une bien plus grave affaire en recrutant Ayoub El Khazzani, le terroriste auteur de l’attaque du Thalys et qui avait pu être maîtrisé par des militaires américains, alors qu’il s’apprêtait à faire usage d’une kalachnikov et d’un pistolet automatique Luger.

La filiale française de Lycamobile avait proposé à El-Khazzani de déménager d’Espagne où il résidait et de travailler en France. Elle lui offre un contrat de six mois pour travailler en Seine-Saint-Denis, confirme une source du ministère de l’intérieur espagnol au journal le monde.

Ayoub Al Khazzani

Il nous parait surprenant qu’El Khazzani, qui d’après sa propre avocate rencontre des problèmes pour s’exprimer en français et qui n’avait pas pu présenter les documents nécessaires pour s’installer en France, ait été choisi par Lycamobile et Alain Jochirek pour vendre des services de téléphonie, une mission à la portée des nombreux demandeurs d’emploi français…

Ces affaires sulfureuses qui entachent la notoriété de Lycamobile, n’avaient pas semblé être un frein pour les projets de la famille Benahamadi et leur société Condor, n’était-ce l’enquête diligentée par les services de sécurité algériens pour faire barrage à cette dangereuse manœuvre.

Farès Al Mousli et Abderrahmane Benhamadi

Les Benhamadi ne sont toujours pas inquiétés.


Lire la suite sur Algérie Part.



Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie

Babalweb Annonces
Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites