24,6 milliards de dollars en neuf mois

Baisse des recettes pétrolières



...

Les recettes pétrolières ont connu un recul cette année par rapport à l’année dernière. Devant les membres de la commission finances et budgets du Parlement, le ministre de l’Energie et des Mines a fait savoir que le niveau des recettes en hydrocarbures a atteint 24,6 milliards de dollars jusqu’à fin septembre dernier, contre 29 mds USD durant la même période en 2018.

Un net recul qui serait dû, selon Mohamed Arkab, à une baisse du prix moyen du baril de pétrole algérien, qui est passé de 72 dollars en 2018 à 65 dollars cette année, soit une baisse de 11%. Néanmoins, la valeur de la fiscalité pétrolière est demeurée stable durant la même période de référence, soit 2016 mds DA, marquant une légère baisse de 0,5%. Le niveau de la production nationale en hydrocarbures a lui aussi connu une baisse de 2%, atteignant 140 millions de tonnes d’équivalent pétrole (tep) jusqu’à fin septembre dernier, contre 143 millions de tep en 2018. Le ministre plaide pour une augmentation du niveau de la production comme le prévoit, dit-il, la nouvelle loi sur les hydrocarbures. La consommation nationale connaît, quant à elle, un bond de 8%, passant de 42 millions de tep en 2018 à 45 millions de tep cette année. Une hausse expliquée par l’augmentation ayant touché les produits pétroliers (+22%) et le GPL (+11%). La demande nationale de gaz a augmenté de 4%, passant à 34 mds m3.

Autre statistique avancée par le ministre, celle liée à la baisse des importations des produits énergétiques, qui sont passées à 67 millions de tep contre 74 millions de tep, soit marquant une chute de 9%. En termes d’explorations, Sonatrach en a effectuées 13 jusqu’à la fin septembre.

Selon le ministre de l’Energie, la demande nationale globale en gaz et produits pétroliers a évolué de 7%, ce qui pourrait, dit-il, entraîner un déficit structurel entre l’offre et la demande sur le marché et impacter les engagements du pays à l’international. «La demande en gaz naturel est en constante augmentation et les réserves gazières du pays font l’objet de contrats d’exportation à l’horizon 2030… Il est impératif de développer les réserves existantes et d’en explorer de nouvelles pour assurer les besoins du marché national», affirme le ministre. Le même responsable explique à ses interlocuteurs que l’objet de la nouvelle loi sur les hydrocarbures est d’augmenter les capacités de production et d’exploration à travers le renforcement du partenariat. Mohamed Arkab a, par ailleurs, souligné que le secteur a consenti une enveloppe de 50 milliards de dollars d’investissement dans le domaine des hydrocarbures, plus précisément dans les activités de recherche et d’exploration pour la période 2020-2024. Naftal, dit-il, prévoit plusieurs projets pour augmenter les capacités de commercialisation et de distribution des produits pétroliers, notamment les capacités de stockage.


Lire la suite sur El Watan.

Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites