L’OPEP se heurte à la résistance de la Russie



...

Les prix du pétrole sont repartis à la baisse hier, en réaction aux difficiles tractations entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés non OPEP sur une baisse de 1,5 million de barils par jour jusqu’au mois de juin 2020, dont 500 000 barils devraient être réduits par les pays non OPEP.

Chef de file des pays non OPEP alliés de l’Organisation, la Russie a cependant montré de fortes réticences face à la recommandation de l’OPEP.

Cette dernière avait souhaité, à l’issue de sa réunion extraordinaire tenue jeudi à Vienne, aller vers une nouvelle réduction des quotas des pays producteurs, pour enrayer la baisse des cours, dans le sillage de la propagation de l’épidémie de coronavirus, à condition que la Russie donne son accord.

Hier après-midi, les pays membres de l’OPEP et les pays non OPEP réunis au siège de l’Organisation à Vienne, n’arrivaient toujours pas à trouver un accord sur un nouveau retrait de quotas de production pétrolière pour tenter de redresser la barre des prix, en forte chute depuis des semaines.

Les difficiles tractations en marge de la conférence et lors des travaux officiels ont ajouté à la déroute du marché, accentuant les pertes du baril de pétrole. Le Brent s’échangeait aux alentours de 48 dollars, en baisse de plus de 5% par rapport à jeudi. Sur une année, le Brent coté à Londres a perdu 20% de sa valeur.

Bien avant le début de la conférence officielle, la Russie avait fait montre de ses réticences. Elle a déjà fait savoir, selon Reuters, qu’au lieu d’une nouvelle coupe, elle proposerait simplement de prolonger, jusqu’à la fin du deuxième trimestre 2020, les réductions de production déjà appliquées par les pays du groupe OPEP+.

Ainsi, selon des échos recueillis par la presse à Vienne, le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak, aurait déclaré à ses collègues qu’il était favorable au maintien de la réduction de l’offre du groupe aux niveaux actuels jusqu’en juin, date à laquelle ils pourraient à nouveau envisager des réductions plus importantes.

Dans ce contexte d’incertitudes et malgré les efforts du secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Barkindo, pour trouver un ton conciliant en louant la Russie comme un allié fiable, le marché pétrolier s’est préparé à davantage de drames. Le brut a chuté hier, en cours de cotation de 5,9% à Londres pour atteindre 47,02 dollars, le plus bas niveau depuis juillet 2017.

L’OPEP ne veut pas approfondir les réductions sans la Russie

Jeudi, la 178e réunion extraordinaire de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui s’est tenue à Vienne, en Autriche, sous la présidence de l’Algérie, représentée par Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, a estimé que l’épidémie de Covid-19 a eu «un impact négatif majeur sur les prévisions de la demande économique et pétrolière mondiale en 2020, en particulier pour les premier et deuxième trimestres.

La croissance de la demande mondiale de pétrole en 2020 devrait être de 0,48 mb/j, contre 1,1 mb/j en décembre 2019», a encore noté l’OPEP.

De ce fait, la conférence de l’OPEP a estimé que l’impact supplémentaire de l’épidémie de Covid-19 sur les fondamentaux du marché pétrolier nécessite une surveillance continue supplémentaire et a donc recommandé «à la 8e réunion ministérielle de l’OPEP et non-OPEP d’étendre les niveaux d’ajustement convenus à la 177e réunion de la conférence et à la 7e OPEP – non-OPEP pour le reste de l’année», et de procéder par ailleurs à «un nouvel ajustement de 1,5 mb/j jusqu’au 30 juin 2020, à appliquer au prorata entre l’OPEP (1,0 mb/j) et les pays non producteurs de l’OPEP (0,5 mb/j)».

Les pays membres de l’Organisation ont réaffirmé également «leur concentration continue sur les fondamentaux pour un marché pétrolier stable et équilibré, dans l’intérêt des producteurs, des consommateurs et de l’économie mondiale».

La conférence a souligné, en outre, «le dialogue en cours avec les pays consommateurs et les consultations engagées dans un esprit collégial avant de prendre des décisions, ainsi que la détermination des pays OPEP à être des fournisseurs fiables sur les marchés mondiaux». La conférence a confirmé enfin que sa prochaine réunion ordinaire se tiendra à Vienne, en Autriche, le 9 juin 2020.


Lire la suite sur El Watan.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites