Sider El Hadjar soumise à la contrainte douanière

Les douanes réclament près de 4 milliards de dinars de droits, taxes et pénalités



...

C’est le branle-bas de combat à Sider El Hadjar. Le chef du département juridique du complexe sidérurgique a été notifié, avant-hier, par le receveur des Douanes algériennes de la commune d’El Hadjar d’un procès verbal (PV) de «contraintes douanières».

Dans ce document, visé par le président du tribunal d’El Hadjar, dont El Watan détient une copie, les Douanes algériennes réclament une somme de plus 3,63 milliards de dinars, représentant les droits et taxes douaniers de plusieurs opérations d’importations et exportations non réglés depuis 2018.

Ce qui a induit un cumul de pénalités, non arrêté, s’élevant à plus de 230 millions de dinars que la direction générale de Sider El Hadjar doit régler dans les 24 heures, avons-nous appris de sources douanières. «En premier lieu, c’est le département juridique qui endosse la responsabilité de cette situation», tranchent des cadres du complexe.

Pour eux, «ce problème pouvait être évité si le chef du département juridique de Sider El Hadjar avait pris attache avec le receveur des Douanes au lendemain d’une première notification datée du 21 juin 2020 pour chercher un compromis avec l’administration douanière. A contrario, aucune action dans ce sens n’a été engagée plus d’un mois après, mettant en péril Sider El Hadjar».

De son côté, la présidente du conseil d’administration affirme qu’ «une investigation a été lancée pour déterminer les responsabilités des uns et des autres dans cette grave affaire». Le directeur général du groupe Sider, Lakhdar Aouchiche, a, quant à lui, engagé des contacts avec la direction générale des Douanes pour suspendre cette procédure, notamment en cette période de crise financière.

Depuis l’arrivée du nouveau directeur général de Sider El Hadjar en avril dernier, plusieurs milliards de dinars de dettes ont été annoncés représentant des charges sociales (CNAS), d’énergie électrique, de transport…

Réclamant son dû, la CNAS Annaba a même procédé en avril dernier au blocage des comptes de l’entreprise. Lors de sa visite à Sider El Hadjar, le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, ignorant certainement l’envergure des dégâts financiers, avait promis de venir en aide au complexe Sider El Hadjar. Depuis, aucune mesure dans ce sens n’a été annoncée.


Lire la suite sur El Watan.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites