Exclusif

Omrani: «Si Mahrez avait signé à ma place à l'OM, il ne serait peut-être pas...»



...

«J’ai envie de tout casser pour mériter la confiance de Belmadi»

Auteur d’une saison remplie en Roumanie où il a brillé en Europa-League et en Ligue des champions avec notamment 7buts et 3 passes décisives, l’attaquant du CFR Cluj, Bilel Omrani,  revient sur ce troisième titre gagné avec son club cette année. L’ancien joueur de l’Olympique de Marseille parle pour la première fois de cette anecdote racontée par Riyad Mahrez au sujet de son transfert capoté à l’OM parce qu’on lui avait préféré Omrani, il y quelques années. Bilel parle aussi de son départ raté en hiver dernier en Angleterre où Sheffield United le voulait, et de son désir d’intégrer la sélection nationale

Bilel, encore une fois champion de Roumanie. Une réaction après ce titre gagné ?

C’était très compliqué parce qu’on a dû attendre le dernier match de la saison pour remporter ce titre face à notre concurrent direct. Je suis très heureux d’avoir gagné ce troisième sacre avec mon club car ce n’était pas évident après l’arrêt du championnat en raison de la pandémie du coronavirus. Justement, en évoquant ce virus, on a appris que vous avez failli rater le dernier match de la consécration à cause d’une supposée contamination de ce virus ? Non, c’était juste des soupçons, après je suis allé à l’hôpital, j’ai passé tous les tests et j’ai pu repartir et intégrer l’équipe à l’entraînement. Ensuite, je devais répondre sur le terrain dans ce match contre Craiova, capital pour le titre. Ils étaient passés devant nous et on devait gagner pour passer premiers et Hamdoulillah c’est ce qu’on a pu réaliser. Je suis très content, j’ai sorti un grand match.

 C’est votre titre le plus dur gagné en Roumanie ?

 Non, le plus difficile c’était le premier titre remporté. Après c’est sûr que chaque consécration possède sa saveur et ses difficultés aussi. Cette saison, on va dire qu’il a été exceptionnel en raison de l’arrêt du championnat et des conditions dans lesquelles on a fini la saison en raison du coronavirus. Il faut rajouter à cela le fait qu’il y a des bonnes équipes ici en Roumanie et de très bons joueurs ce qui rend la compétition très dure. On va dire que plus c’est dur mieux c’est.

Et comment avez-vous géré cette période de confinement ?

 C’était très dur pour moi de rester tous ces mois sans rentrer en France. Je suis resté sans ma famille, et je n’ai pas pu voir mes enfants pendant ces trois mois de confinement en Roumanie. J’étais tout seul, sans ma famille, ma femme mes parents, vraiment ce n’était pas facile. Après, heureusement qu’il y avait quelques camarades français avec qui on passait le temps, et on se soutenait pour surmonter cette dure épreuve.

C’était quand même difficile ?

Ah oui ! Après, je suis resté en contact avec les membres de ma famille. Je jouais beaucoup à la PlayStation en ligne avec mes frères, mes oncles et mes amis avec qui j’ai grandi donc franchement, ça s’est passé tellement vite qu’on ne s’est pas rendus compte du temps écoulé. Après mentalement, c’était dur pour moi de rester sans Voiron fils et ma fille qui n’a que 10mois. Surtout celle-là, elle m’a beaucoup manqué, je ne l’avais plus revue depuis des mois. J’ai tout essayé pour rentrer en France et rejoindre ma petite famille mais c’était impossible. Mais bon, il fallait faire avec, et rester fort mentalement et Hamdoulillah tout est bien fini.

Vous avez donc pu revoir la famille ?

 Oui, Hamdoulillah, j’ai pu revoir la famille en France et bien me ressourcer et maintenant, je viens juste de revenir en Roumanie pour préparer le match du tour préliminaire de la Ligue des champions. J’espère Inch’Allah que ça va bien se passer. Des buts et des passes décisives en Ligue des champions et en Europa League la saison passée avec Cluj, cela n’a pas été sans susciter l’intérêt de quelques bons clubs européens.

Parlez-nous un peu de cela ?

Effectivement, la compétition européenne m’a fait beaucoup de bien, ça m’a permis de passer un palier. J’ai pu montrer mon talent, en marquant beaucoup de buts et en délivrant des passes décisives. En championnat, j’ai aussi bien participé à la bonne phase allé de mon équipe mais après l’arrêt du championnat en raison du coronavirus, c’était très dur pour tout le monde de revenir, mais je suis quand même content du dernier match que j’ai sorti contre Craiova où on a pu remporter le titre de champion.

C’est un titre mérité malgré tout ?

Bien sûr, on a une très bonne équipe avec un très bon entraîneur. Je suis très heureux de travailler sous sa coupe. Franchement, c’est un entraîneur très fort. Dan Petrescu c’était aussi un grand joueur.

Quelle est votre relation avec lui, on sait par exemple que vous êtes très proche de lui ?

(Rires) oui, comme on dit dans le jargon «je suis son fils (il rit encore franchement). Non, c’est vrai que j’ai une très bonne relation avec le coach. Il fait tout pour me permettre de donner le meilleur de moi-même. Après, c’est dur pour moi d’être son fils (rires) car il est tout le temps derrière moi, il attend toujours plus de moi sur le terrain et du coup, il crie beaucoup plus sur moi que sur les autres pour que je donne le maximum. Après, c’est un très bon coach, ce n’est pas pour rien qu’on a remporté le championnat trois fois de suite et réalisé un très bon parcours en Europa League.

 Il paraît que les Rangers, Sheffield et d’autres équipes voulaient vous engager en hiver mais c’est lui qui vous a forcé à continuer la saison à Cluj...

Oui, effectivement, mais pour tout vous dire, moi je suis resté concentré car étant encore sous contrat, ce sont les dirigeants de mon club qui négociaient avec eux. Pour ma part, j’étais prêt à partir en hiver en Angleterre mais ça ne s’est pas fait. Je suis resté à Cluj et j’ai tout donné jusqu’au bout. Après, Petrescu a certainement tout fait pour que je reste parce qu’il m’apprécie énormément. C’est sûr aussi que s’il y avait eu une très bonne offre je pense qu’il m’aurait laissé partir. Djamel Belmadi serait aussi intéressé par l’apport de nouveaux joueurs capables d’apporter un plus en matière de concurrence. On sait que vous faites tout pour intégrer ce groupe des Verts.

Vous attendez toujours un clin d’œil du sélectionneur national ?

 Bien sûr, j’ai toujours montré mon envie de jouer pour la sélection nationale, maintenant, c’est à moi d’être encore plus performant et d’enchaîner les performances en club pour, Inch’Allah, intégrer l’équipe nationale.

On a appris que vous aviez reçu un appel de Belmadi avant lestage du mois de mars. Une confirmation ?

Non, j’ai entendu parler comme tout le monde de l’intérêt du sélectionneur mais pour le moment n’ai pas eu d’appels. J’espère que c’est pour bientôt Inch’Allah car c’est mon objectif et ça me fera plaisir.

Oui, mais vous avez vos papiers algériens ?

(Il rit franchement) Ah oui, bien sûr, j’ai tous mes papiers !

Alors il ne reste que la convocation pour enfin rejoindre le capitaine Riyad Mahrez qui a raté sa signature à l’OM à cause de vous...

(Il nous coupe en riant) Non, c’est le Mektoub ; après s’il avait signé à Marseille, Riyad n’aurait pas eu la carrière réussie jusqu’ici, je veux dire que le fait qu’il n’est pas venu à l’OM ça lui a peut-être réussi. Maintenant, Hamdoulillah, je suis l’homme le plus heureux de voir Riyad là où il est. C’est vraiment une fierté. C’est un exemple de réussite pour beaucoup de joueurs. Il n’a rien lâché et Hamdoulillah est dans l’un des meilleurs clubs d’Europe.

Et dire qu’un jour vous serez peut-être appelés à jouer ensemble...

Oui, voilà, Inch’Allah on sera ensemble bientôt en équipe nationale, c’est mon rêve. C’est dans ma tête, c’est à moi de marquer des buts et me montrer décisif sur le terrain pour aider mon équipe à être au top. C’est comme ça que je peux devenir compétitif et intégrer la sélection.

Cela vous fait quoi de voir sur les réseaux sociaux vos performances applaudies par beaucoup d’Algériens ?

Ça fait plaisir, surtout lorsque les membres de ma famille et notamment mon père m’envoient des liens pour me montrer ce qu’on dit de moi dans mon pays.

 Et si on parlait un peu de cette CAN 2019 gagnée en Egypte. Comment l’avez-vous vécue ?

C’est un moment magnifique ! Mon cœur battait à 2000 (rires). Comme tout Algérien j’étais très fier de la performance de l’Algérie. On a vraiment envie de vivre des moments comme ça, inch’Allah.

Un dernier mot peut-être aux Algériens ?

Je les remercie pour tous leurs encouragements. Je passe le Salam à tous et j’espère qu’on se verra bientôt Inch’Allah.

Entretien réalisé par Moumen Ait Kaci AlI


Lire la suite sur Le Buteur.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Petites annonces Babalweb Annonces

Publier une annonce gratuite

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites