Miloud Bouadis, président du CNIVR

«Ce sont des prix de circonstance»



...

«La hausse des prix est de circonstance. Elle est due à la hausse de la demande en cette période de fêtes. Les prix vont revenir à la normale dans un laps de 3 à 4 jours.»

C’est par ces mots que Miloud Bouadis, président du Conseil national interprofessionnel des viandes rouges, a expliqué la hausse des prix de la viande rouge sur le marché de détail.

Selon notre interlocuteur, cette hausse n’est pas en relation avec la disponibilité de ce produit ni d’une augmentation des frais de la production ou de l’élevage. «La production de viande rouge est considérable. Nous avons une production de l’an passé qui n’a pas été écoulée sur le marché. J’entends par production, l’investissement fait dans l’élevage.

La fermeture des marchés de bétails durant le confinement et durant la période de l’Aïd El Adha en est la première cause. S’ajoute à cela l’autorisation d’importation de viande fraîche au grand dam de la production nationale», souligne-t-il.

Pour lui, pour que cette disponibilité influe sur les prix, il est impératif de réglementer la marge de bénéfice des différents intervenants dans la chaîne de distribution de la viande rouge.

Les maquignons et les chevillards, principaux maillons de la chaîne de distribution de la viande, continuent de se sucrer et d’imposer leurs prix. Les différentes crises, notamment sanitaire, n’ont pas influé sur le travail de ces intervenants.

Réguler le marché, définir une marge de bénéfices, limiter l’importation et encourager les éleveurs par des mesures incitatives seraient la panacée à cette fluctuation des prix sur le marché de détail. 


Lire la suite sur El Watan.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites