Les prix du pétrole au plus haut en une année



...

Les prix du pétrole ont atteint cette semaine leur plus haut niveau depuis un an, alors que le marché est soutenu par une évaluation de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses alliés attestant que les réductions de production sont en voie de rétablir l’équilibre du marché.

L’OPEP s’attend à ce que la demande mondiale de pétrole augmente de 5,6 millions de barils par jour et prévoit une nette diminution des stocks de pétrole. Dans ce contexte, le Brent a largement dépassé, hier, les 58 dollars, un plus haut en un an, encouragé par la baisse des stocks d’essence aux Etats-Unis et la mise en application des restrictions de la production saoudienne.

Les comités de surveillance de l’Organisation et de ses alliés se sont relayés, mardi et hier, pour évaluer les perspectives du marché et faire un point sur la conformité aux quotas décidés en janvier.

Les réunions du Comité technique conjoint (JTC) et du Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) sont chargées de faire un point d’étape dans le cadre de la surveillance régulière du marché, mais aucune rencontre au sommet n’est prévue par l’Opep+ durant le mois en cours, le rendez-vous ayant été décalé au mois de mars en vue d’une éventuelle décision concernant ses volumes de production.

Les quotas ayant été fixés pour février et mars, le marché ne s’attendait pas, hier, à des annonces majeures sur les changements du pacte de production.

L’OPEP+ prévoit, selon Reuters, que les réductions de production maintiennent le marché en déficit tout au long de cette année, atteignant un sommet à 2 millions de barils par jour en mai.

«L’OPEP et ses alliés ont décidé de conclure un accord qui normaliserait les stocks excédentaires mondiaux jusqu’en 2021, eh bien, ils sont sur la bonne voie», a déclaré Lachlan Shaw, responsable de la recherche sur les produits de base à la National Australia Bank, cité par Reuters.

Lors de son allocution à l’ouverture de la rencontre du JTC, qui a tenu sa 48e réunion mardi, le secrétaire général de l’OPEP, Mohammad Sanusi Barkindo, a souligné que l’économie mondiale devrait croître de 4,4% en 2021, un changement substantiel par rapport à -4,1% l’an dernier. «Le marché du pétrole brut passant actuellement à la rétrogradation, nous espérons que 2021 sera une bonne année pour la demande globale», a déclaré Barkindo.

Le secrétaire général de l’Opep a, en outre, estimé que la surveillance attentive du marché, les consultations régulières et l’approche étape par étape de l’Opep «ont contribué à fournir le soutien et l’assurance indispensables tout au long des mois très, très difficiles de 2020, et continuent de porter leurs fruits pour le marché en 2021».

Pour ce qui est de la conformité aux quotas, les producteurs faisant partie de l’alliance OPEP+ se seraient conformés aux réductions de production de pétrole à 99% en décembre 2020, contre 101% en novembre.

L’actuel pacte OPEP+, élaboré début janvier, a engagé l’alliance à appliquer une réduction collective de la production, totalisant 7,2 millions de b/j, mais la Russie et le Kazakhstan ont reçu une dérogation pour augmenter légèrement leurs quotas en février et mars, tandis que tous les autres membres maintiennent leur production stable.

L’Arabie Saoudite a en parallèle surpris le marché en annonçant qu’elle accepterait unilatéralement une réduction supplémentaire de 1 million de b/j jusqu’en mars pour empêcher les prix de reculer.


Lire la suite sur El Watan.

Find cheap hotels
Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites