Statut particulier des travailleurs de l’éducation

Le partenaire social veut y être associé



...

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, n’est toujours pas convaincu de la mouture du statut particulier et du régime indemnitaire des travailleurs de l’éducation nationale qui lui a été présentée, ce lundi, en Conseil des ministres. Le ministère de l’Education est ainsi tenu de revoir sa copie une nouvelle fois. Une révision à laquelle le partenaire social veut être associé.

Contacté par le Jeune Indépendant, Yazid Bouanane, chargé de communication du Conseil national autonome des directeurs de lycées (CNADL), a fait savoir que le statut particulier et le régime indemnitaire des corps de l’éducation nationale ont fait l’objet de longues discussions, que ce soit entre le ministère et les syndicats ou entre les différents secteurs ministériels.

« Compte tenu de la sensibilité et de l’importance du secteur, le Conseil des ministres a reporté le processus de l’adoption du texte en question afin de l’approfondir, de l’améliorer et de l’enrichir davantage », a indiqué M. Bouanane, notant que le partenaire social doit avoir le droit d’être associé à l’enrichissement des textes en question.

C’est la deuxième fois que le président de la République décide de reporter l’adoption du texte portant sur les statuts et le régime indemnitaire des corps de l’éducation. Ce fut aussi le cas lors du Conseil des ministres du 24 décembre 2023, lorsqu’il a donné des instructions en vue de réviser, d’enrichir et de clarifier, de manière plus approfondie, les contenus pour que ce soit prêt au début du mois de février en cours.

Le président Tebboune a « ordonné le report de la présentation des deux textes et demande d’approfondir leur enrichissement afin d’en améliorer le contenu, plus que ce qui est proposé, compte tenu du fait que l’enseignant est un éducateur avant d’être un fonctionnaire », a indiqué un communiqué du Conseil des ministres rendu public à l’issue de cette réunion.

Le président de la République a exigé, de ce fait, « la hiérarchisation des priorités, selon une approche moderne », et « mis l’accent sur la formation qualitative des générations futures ». Le Chef de l’Etat a donné ses orientations en vue d’étudier plus de suggestions et de propositions qui servent le secteur de l’éducation, « loin de tout calcul extra-éducatif ».

Ce sont des décisions que le CNADL salue, d’autant qu’il a demandé, à plusieurs reprises, au gouvernement, étant donné que le secteur éducatif est un secteur sensible, de lui donner toutes les capacités financières, matérielles et humaines pour en faire « un secteur stratégique au sens propre du terme ». 

Le gouvernement doit, en premier lieu, prêter attention aux fonctionnaires du secteur, en partant du principe que ces cadres sont, pour la plupart d’entre eux, des éducateurs, qu’il s’agisse de gestionnaires, d’inspecteurs, d’enseignants ou de directeurs, a déclaré M. Bouanane. « Nous ne pouvons pas développer le secteur si nous ne plaçons pas l’éducateur au sommet de l’échelle sociale, comme c’est le cas dans les pays développés », a-t-il ajouté.

Bouanane espère que ce report aura pour but la nécessité de sortir le secteur des conflits sociaux et que les revendications sociales et professionnelles des salariés, portées par les directeurs de lycées et l’ensemble du personnel éducatif, soient pleinement pris en charge « afin que nous puissions atteindre la stabilité nécessaire et amener l’école algérienne à une qualité d’enseignement supérieure ».

Il convient de rappeler que plusieurs syndicats autonomes de l’éducation nationale ont contesté « la méthode adoptée par le ministère de l’Education dans la préparation du statut particulier des travailleurs de l’éducation ». Ils ont appelé à être associés à l’enrichissement de l’avant-projet du statut particulier et du régime indemnitaire, ordonné par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Selon ces syndicats, la tutelle n’a pas respecté ses engagements quant à les faire participer dans l’élaboration de la mouture finale du texte avant sa présentation en Conseil des ministres. Ils réclament la préparation d’un nouveau régime indemnitaire à la hauteur des attentes, en procédant notamment à la révision à la hausse de la valeur du point indiciaire, au lieu d’en augmenter seulement le nombre de points.

 

 


Lire la suite sur Le jeune indépendant.

Publier des annonces gratuites

Autres sites

Sciencedz.net : le site des sciences
Le site des sciences en Algérie


Vous cherchez un emploi? Essayer la recherche d'emploi en Algérie
Babalweb Annonces Babalweb Annonces
Petites annonces gratuites